Promenade dans des mondes inconnus

Skills: comptes rendus d'expositions

Texte publié dans Espace art actuel # 118 – hiver 2018

Julian Charrière, Polygon II, 2014
photographie noir et blanc double exposition sur papier baryté, cadre en acier, strates thermonucléaires
152 x 182 centimètres

 

À l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, ce n’est rien de moins que la notion de forme, particulièrement complexe au regard de l’histoire des idées, dont il est question dans cette exposition à travers un foisonnement d’œuvres et une variété de médiums soulignant le rôle de catalyseur du Fresnoy. Confrontant les recherches d’artistes et de scienti ques, Le Rêve des formes est une exposition aux limites oues, faisant de l’incertitude
et de l’exploration ses leitmotivs.

L’exposition explore les points de rencontre entre art et science
en réunissant plus d’une trentaine d’artistes et de scienti ques a n
de repenser, à l’ère de l’Anthropocène, les progrès technologiques et techniques récents, leur rapport au vivant, et de s’interroger sur les formes que peut prendre la matière, inanimée ou vivante, à l’échelle de l’in niment petit ou de l’in niment grand. On y croise tant des travaux de scienti ques que des œuvres très imprégnées par les questions scienti ques contemporaines et les technologies (telles que le transhumanisme, l’impact et les possibilités o ertes par la robotisation, etc.); le tout acquérant une forte dimension poétique. L’exposition permet notamment de replacer le rêve et la question esthétique au cœur de la science comme élément venant inspirer, voire prolonger,
le savoir. […]

L’intégralité du texte est à retrouver en version PDF sur le site ERUDIT